Bien débuter sur un trackday ?

Comment aborder un trackday ? Je vous explique dans cette première vidéo comment bien préparer sa première journée sur circuit, mais aussi combien cela coûte ?

Sommaire:

  • école de pilotage, ou pas ?
  • Préparer ma voiture?
  • Combien ça coûte?

L’objectif de cette vidéo est d’aider toutes les personnes qui souhaitent se rendre sur circuit pour la première fois. Les coûts calculé sont réelle et ont été réalisé lors d’une journée sur circuit. Les frais liés au déplacement vers le circuit n’ont pue être pris en compte car celons votre situation géographique par rapport au circuit, il est très difficile de déterminer ce budget.

De plus, une assurance RC est indispensable  pour évoluer sur piste.
Deux option s’offre à vous, soit de prendre une assurance journalière auprès d’un assureur spécifique ou une assurance annuel également auprès d’un assureur spécifique.

Besoin d’un coach: Cliquez ici
EFCAM: www.parisautoevents.com/formation-conduite
Les journées sur circuit que je vous recommande: www.journeecircuit.fr
Drone: From sky to screen

1er Course Karting de la saison pour Gwenael

Quasiment jour pour jour, un mois après la communication par le Team 2EKJ annonçant que Gwénaël les rejoignait pour la saison 2016 et les 24 Heures du Mans Karting, nous étions réunis ce week-end pour la première manche de notre Championnat Euro Endurance sur le circuit de Soucy (89). Nous nous y étions déjà retrouvés il y a deux semaines pour un week-end d’entrainements entre les 3 garçons, Emma n’étant pas disponible.

C’est donc dès Vendredi midi que nous rejoignons l’équipe pour un premier roulage afin que nos jeunes pilotes reprennent contact avec le tracé et valident certains réglages. Les pilotes sont très frustrés, la performance n’est pas là, le moteur poussif.

Mais nous n’étions pas là pour performer, juste pour se mettre en jambe. Nous avons aussi passé du temps à répéter les arrêts au stand pour ravitaillement et changement de pilote, aspect que Gwénaël ne connaissait pas et a très vite maitrisé.

Samedi jour de préparation et réglage du matériel et les pilotes. Tout au long de la journée, l’équipe a travaillé sur le châssis, le moteur, la carburation, les rapports de transmission etc… Les pilotes et mécanos ayant bien travaillé pour trouver les bons compromis.

Dimanche Jour de course, les mécanos sous les ordres de Jean Paul et Sébastien ont préparé le kart pour la dernière séance d’essais libres en plein brouillard sur une piste mouillée par la pluie de la nuit. Gwénaël devait ‘réveiller le kart’, mais s’est fait grillé la priorité par Gatien pendant qu’il se faisait à son tour strapper les mains. Les 3 pilotes ont pu rouler et prendre leurs repaires sur cette piste glissante, qui ne le restera pas longtemps avec l’apparition du soleil.

8H55 séance chrono pour 10 mn, comme planifié, c’est Gatien qui s’y colle. Le kart est vite opérationnel et occupe quelques tours la pole de la catégorie. Au terme de la séance c’est une encourageante 5ème temps.

départ soucy

10H00, c’est le départ. Gwénaël assume la tâche, étant beaucoup plus habitué que ses copains de par son expérience de sprinter à prendre les départs dans le paquet.

Gwénaël fait un relais de 45 mn sans faute et réalise le meilleur tous en course de l’équipe.

Ce chrono ne sera plus réalisé de la journée, mais est fort du potentiel du kart et des réglages.

C’est une bonne nouvelle pour la suite de la course.

 

D’heure en heure, l’équipe se maintien entre la 9ème et 15ème place du général, mais entre 3ème et 5ème des GP2 en fonction de la valse des ravitaillements et du passage au pesage. C’est d’ailleurs ce seul classement GP2 qui nous intéresse.

Chaque tour est un tour où tout peu changer, basculer dans un sens ou dans un autre. De notre coté les relais s’enchainent sans problème. pitstop soucy

 

423 Tours plus tard, soit environ 465 kms, c’est Matéo qui passe la ligne d’arrivée.

Nos 3 pilotes ont fait de leur mieux, mais terminent au pied du podium avec une très belle 4ème place en GP2, à env. 1’10’’ du podium, mais laissent derrière de belle équipes . Ils sont bien sûr très déçus,mais devrai leur profité et les encourager à progresser.

Nous sommes dans le top 5 et c’est déjà une grande satisfaction.

 

 

Une chose est certaine est que pour son arrivée en GP2 et avec les plus jeunes pilotes jamais engagés dans cette catégorie, les pilotes 2EKJ sont où on les attendait pour la première épreuve, déjà à jouer dans la cour des équipes professionnelles et ils n’ont absolument pas déçu. Des gamins de 14 ans en GP2… ça amusait certains, ils rigolent moins aujourd’hui…

 

Gwénaël remercie vivement toute l’équipe pour le gros travail fourni par tous dans la préparation des moteurs, du châssis et toute la logistique autour que ce soit avant ou pendant la course.

Il souhaite également adresser un grand merci à ses partenaires sans qui cette aventure ne serait pas possible et tout spécialement à Christian G. qui a fait un aller-retour juste pour évaluer les besoins de préparation de Gwénaël tant physique que nutritionnelle.

 

Bien sportivement

Patrick Loison

Pour ceux qui n’ont pas eu la chance de découvrir l’article papier ! Le voici en numérique ! N’hésitez pas à le partager !

Bonne année 2016

Interview Le pilote automobile

Bonjour à tous,

Je suis très heureux et je remercie le site le-pilote-automobile.com pour ce première interview de l’année.

Pour lire l’article c’est ici

 

lpa

Retour en Piste

Après deux saisons « off », j’effectue mon grand retour sur les pistes cette année 2015.

Je serai présent au sein d’école GT VIP. Ce week end, l’école fait escale sur le circuit de Clastres. Au menu de ces deux journées : Ferrari, Porsche, Lamborghini et autre Audi R8.

GT VIP est une des références sur le créneau des écoles GT. Elle permet à des milliers de gens de découvrir les sensations de pilotage accompagnés de véritables pilotes de course !

A ce jour, GT VIP est la seule école permettant à des novices d’apprendre auprès de pilotes confirmés. J’aurai la chance de pouvoir vous faire découvrir le pilotage d’une supercar sur une véritable piste dédiée à l’automobile. Ensemble, nous partagerons les sensations que procure une auto de plus de 400 cv !

En spectateur ou en pilote, n’hésitez pas à venir me voir et me solliciter !

 

07

 

 

Racer’s Le mag

Bonjour à tous,

 

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance d’être contacté par la rédaction du Magazine Racer’s. Dans le dernier numéro, que vous pouvez télécharger soit sur le site, soit prochainement sur l’apple store ou google. Ce magazine est le 1er magazine 100% numérique dédié aux journées sur circuit. Vous y découvrirez des techniques de pilotage circuit par circuit, des reportages lors des track days ou lors de compétitions et même des essais pistes. De plus, c’est le seul magazine à voir comme reporter de pilotes et instructeurs connus et reconnus dans le milieu.

L’on peut citer comme intervenant, Marc PERALDI, initiateur du magazine et moniteur émérite, mais aussi Guillaume GREUET qui fut mon équipier en 2006 et 2008 en Clio Cup. Mais aussi Dimitri ENJALBERT pilote en lamborghini super Trofeo ou encore Vincent CAPILLAIRE pilote lors des 24 heures du Mans.

J’ai donc eu la chance de partager l’aventure de ce jeune mag grâce à ma connaissance des Clio 3 Cup.

Je vous recommande donc ce magazine qui je l’espère vous fera découvrir l’univers de la piste.

Bonne lecture à tous.

 

Une saison de confirmation malgré une hausse du niveau global de la concurrence pour Benjamin. Même équipage, même auto mais beaucoup plus de performance lors des 8 rendez vous de la saison 2014.
Cette saison 2014 fut bien remplie pour le pilote francilien. Au total : 34 heures de courses, 462 points marqués, 3 pôle position, 1 podium et 1 meilleur tour en course, et 7 top 5 en qualif. Mais aussi 2 abandons, le tout en seulement 8 courses. Voilà les belles statistiques de cette saison qui fut parfois très compliquée.

Quelles sont vos impressions après cette saison 2014 ?

« Franchement, je ne sais pas trop car cette saison fut particulièrement éprouvante pour moi mentalement. Un début de saison tonitruant, avec la pôle à Spa sous la pluie puis au val de Vienne et podium à Lédenon. Et ensuite abandon à Dijon ; Nogaro je me fais percuter ; Anneau du Rhin je n’ai pas piloté avec mes équipiers habituels pour des raisons extrasportives (ce qui a ruiné notre championnat au passage) ; Charade, je n’ai pu participer aux essais libres, ce qui m’a relégué tout le week end à une seconde des meilleurs temps (NDLR : il réalise le 3ème temps en qualifs et en course) et enfin Magny Cours sans nul doute le pire week end de course de ma vie ! »
Pourtant les résultats sont malgré tout positifs sur le papier :
« Je ne peux pas dire le contraire. Tout d’abord, je voudrais féliciter mes équipiers sans qui je ne pourrai pas rouler. Ils ont fait tout ce qu’ils pouvaient durant l’année et cela n’a été payant que sur un week end de course, Lédenon, où nous arrachons le podium à nos sympathiques adversaires Alain REBUS et Hervé BENACQUISTA. Mais je suis aussi déçu car, à Nogaro on finit 4ème à 9 s de la seconde place, pareil à Charade. Au Val de vienne, mon équipière fait une petite faute qui nous prive également de podium. Donc, sur le papier, c’est légèrement mieux que l’année d’avant mais quand tout sera dans l’ordre, cela sera encore meilleur. »

Quel est votre plus beau moment de la saison ?

« Sincèrement, c’est difficile de ne retenir qu’un seul moment. Le podium reste et restera une performance incroyable, qui a été obtenu dans des circonstances digne d’un conte de fée puisque c’était les 50 ans de mon équipier ! Mais je dois avouer qu’il y a eu également d’excellents moments notamment un tour de piste à Dijon avec toute l’équipe mais aussi une pôle improbable sur le papier obtenue à l’Anneau du Rhin ! Non beaucoup de très bons moments ! Après, au niveau des statistiques, je suis pour la seconde année consécutive, le pilote ayant fait le plus de pôle. Et même si j’ai piloté sur 2 autos, je totalise 462 points ce qui m’aurait placé à la 4ème place du championnat malgré 2 abandons !»

Pourquoi la pôle de l’Anneau du Rhin fut « improbable » :

« Car elle a été obtenue grâce à un travail incroyable de l’équipe qui est restée soudée et unie derrière moi. Nous avions décidé avec l’équipe de garder nos pneus neufs pour la course, et le réglage de la voiture avait été fait pour mon équipier Bernard qui participait à sa toute première course en auto. Durant toute la journée d’avant la qualif, j’ai préféré aider les autres pilotes de l’équipe sans faire le moindre kilomètre sur la piste. J’ai découvert la piste qu’en fin de journée durant la séance de nuit. Pour l’anecdote, j’ai été très surpris de faire la pôle car le tour d’après, j’ai réussi à passer beaucoup plus vite dans les enchainements rapides mais malheureusement je suis gêné dans les 2 derniers virages et n’améliore pas mon chrono et la, je vois P1 sur mon panneau ! Grosse surprise ! Mais quel bonheur ! »

Au contraire, quel fut le pire moment de l’année ?

« Sans nul doute, Nogaro et Magny Cours. Le premier car ce fut la première fois depuis 2008 que je casse une auto ! Qui plus est pas la mienne ! Puis le week end terrifique fut Magny cours avec en FP2 la casse d’une transmission au bout de 4 tours, mon équipier au volant. Ensuite, moi qui me fais couper la route par une auto et qui détruit la face avant. Puis le lendemain en qualif, des problèmes de coupure moteur, et enfin en course, alors qu’on avait retrouvé le plein potentiel de l’auto, un pignon qui casse dans la boite de vitesse. Bref un week end cauchemardesque !! »

Comment occupz-vous votre intersaison ?

« Comme tout le monde, je travaille sur différents projets liés à mon activité de pilote mêlant recherche de partenaires et entrainement physique. J’aimerais perdre un peu de poids cet hiver pour être encore plus à l’aise dans l’auto. Sinon, il y a quelques jours, j’ai participé à une soirée organisée par l’ACO 91 au Paris kart Indoor. Le weekend du 6 décembre, je participe au Grand Prix de Noël à Angerville avec mon équipe eXigence MOTORSPORT. Et le mardi 9 décembre à 20 heures, je serai à la projection du film de la course des 24 heures du Mans 2014 au Méga CGR d’Evry. Puis les fêtes en famille et vacances au ski fin janvier et retour aux affaires avec probablement du coaching en février.»

Parlons d’avenir, avez-vous des projets pour 2015, un programme déjà déterminé ? Les 24
 heures du Mans ?

« Actuellement, rien n’est déterminé. En théorie, je devrais repartir pour la 5ème année en TTE avec mes équipiers habituels mais pour le moment rien n’est figé et tout dépendra du budget qu’on arrivera à réunir. De plus, je travaille depuis plusieurs mois maintenant sur un très gros projet pour 2016. Mais rien à voir avec les 24 heures. »

Vous pouvez nous en dire plus ?

« rire » « Malheureusement non, je ne veux pas m’avancer car il y a des enjeux importants et surtout rien n’est fait. La seule chose que je peux vous dire, c’est qu’il s’agit d’une série très réputée et en sprint. »

Espérons de bonnes nouvelles dans le prochain mois.
Le Trophée Tourisme Endurance 2015 débutera les 4-5-6 Avril sur le mythique et difficile circuit de
Spa-Francorchamp.

Cette dernière course de la saison 2014 fut sans nul doute la plus difficile que le pilote essonnien n’ait jamais connu.

Pour cette dernière, toute la troupe du TTE s’est retrouvée sur le circuit de Nevers-Magny Cours. Cette dernière manche de la saison fut une longue et difficile marche. En effet, après la première séance d’essais libres, l’équipier de Benjamin, alors au volant, casse une transmission après seulement quelques tours lors de la seconde séance. L’équipe parvient à remettre le moteur et remplace la transmission défectueuse. Puis lors de la troisième séance, alors que Benjamin est au volant, une auto perd le contrôle juste devant lui et revient sur lui sans qu’il ne puisse éviter le contact. L’équipe doit une nouvelle fois remettre la voiture en état avec le remplacement de toute la face avant.

« Quelle journée ! Je n’ai jamais eu une journée aussi difficile et peu productive ! Heureusement, nous avions de quoi remplacer toutes les pièces détruites dans le choc. » Nous explique Benjamin.

La séance qualificative se déroula le samedi matin à 9h00. Le soleil était présent mais la température n’était guère au rendez-vous. Eric VAUTRIN prit le volant en premier puis Benjamin le remplaça afin de réaliser le chrono. Après le changement de pneus, une nouvelle fois un problème intervient, des coupures moteurs cette fois-ci.

« Je commence à croire que j’ai le chat noir ce week end ! C’est très agaçant voire rageant. Nous n’avons rien eu de la saison et là, nous avons tous les problèmes en même temps. Je suis très déçu de cette séance qualificative ! Je ne me place qu’en 12ème position du trophée !!! Mon plus mauvais résultat depuis mes débuts en TTE ! Bref la course est longue ! On verra cet après-midi »

Au vu de cette séance qualificative désastreuse, l’équipe décide de changer ses habitudes. Compte tenu du nombre de sorties de piste durant les essais libres et séance qualificative, elle souhaite jouer avec les safety car en début de course pour qu’ils puissent remonter au classement. Eric prend donc le volant puis Valérie et enfin Benjamin. Pari réussi puisqu’on dénombra 3 safety car durant les 30 premières minutes. Ce qui permet à l’équipage de la numéro 4 de faire ses relais sans perdre de temps. Cependant, avec le jeu des ravitaillements, Benjamin récupère l’auto en 23ème position de classe (NDLR : 25 Clio 3 Cup engagées pour cette course). Après son relais d’une heure, la numéro 4 pointe à la 8ème place de classe. Après qu’Eric ait repris le volant, Valérie se lance pour 40 minutes de course, mais après quelques tours, elle rentre au stand : boîte de vitesse bloquée.

« Je suis vraiment très déçu de cette fin de saison ! Nous avions comme objectif de terminer sur le podium et nous n’avons même pas vu le damier ! Je suis vraiment déçu car l’auto avait retrouvé toutes ses capacités à aller vite et j’ai retrouvé également de super sensations au volant, malgré un sous-virage important dans le virage d’Estoril, mieux qu’en qualif puisque l’équipe, en plus des travaux sur les coupures moteur, a changé le train arrière ! Pour preuve de notre compétitivité, nous ne sommes que 3 autos à être passées sous la barre des 2’01 ! Et j’en fais partie, à seulement 6 dixièmes du meilleur temps ! Contre 1,8 s en qualif ! Je tiens à remercier tous les gens qui m’ont supporté durant cette saison, à commencer par ma chère et tendre ainsi que mes parents mais également mes équipiers Eric VAUTRIN et Valérie LALLE sans qui rien ne serait arrivé ! Mais je tiens plus particulièrement à remercier mon équipe qui a été incroyable durant toute la saison ! Merci à Stéphane BOURCIER, Damien BIRON, Julien JACQUIN et Matthieu COUILLAUT. Je ne sais pas si j’aurai un volant en 2015. Je vous tiendrai informé durant l’hiver. » 

Après avoir effectué le changement de pneumatique, l’équipe a découvert l’origine du sous virage ….pneu-mc

 La prochaine étape pour Benjamin est au Mans, pour une journée de coaching le 22 Novembre prochain.

 

 

Pour cette antépénultième manche de la saison 2014, tout rentre dans l’ordre et Benjamin retrouve ses 2 équipiers habituels ainsi que la Clio 3 Cup numéro 4. Circuit habituellement favorable à l’équipage, cette saison ne dérogea pas à cette règle.

Après une course spéciale en Alsace, le TTE s’est dirigée vers les monts d’Auvergne, Charade étant un circuit « à l’ancienne » et est très vallonné et remplie d’histoire accueillant même le grand prix de France de Formule 1. Le format de la course est à nouveau de 4 heures.

Pour diverses raisons, Benjamin ne put participer aux essais libres, ce qui rendit difficile la séance d’essais qualificatifs qui se déroula le samedi après midi sous un soleil automnale. Après un premier run, interrompu au bout de 4 tours par un drapeau rouge, Benjamin retourne aux stands pour effectuer un changement de pneus mais pointe à la dixième place. Une fois les pneus neufs chaussés, il repart à la conquête d’un meilleur chrono. Gêné dans le premier tour, il parvient à se hisser à la 3ème place de classe en améliorant sont meilleur chrono de 2013 de près d’une seconde et demi.

« Je suis satisfait de cette qualif de part ma position sur la grille, mais je suis déçu par rapport à mon chrono qui est loin des 2 autos devant, à un peu plus de 9 dixièmes. Mais n’ayant pas effectué d’essais libres je ne peux qu’être satisfait d’être dans les 3 premiers. Qui plus est avec la présence du champion de France en Titre en Clio Cup, cela prouve que notre trophée est très compétitif puisqu’il réalise la pôle avec moins d’un dixième d’avance. »

La course se déroula le dimanche après midi. Le départ fut donné à 14h15 pour 4 heures et 1 tour. Après une forte averse lors de la pause déjeuner, la piste est séchante et le soleil faisant sa réapparition, le choix des pneumatiques est difficile. Pluie ou Slick fut la grande décision. A quelques minutes de la fermeture de la pré-grille, contre l’avis de son coéquipier, Benjamin choisit de mettre les pneumatiques slick tout comme les deux pilotes devant lui. Après un départ très prudent puisque la piste était encore très humide sur certaines parties du circuit, Benjamin perd une place au départ au profit de la numéro 3 chaussée de pneus pluie. Cependant, il garde le rythme des deux pilotes devant lui, la 11 et la 97. Après trois tours, le choix de pneumatiques est décisif. En effet, la piste est quasi sèche et Benjamin reprend son bien, la troisième place. Il parvient à recoller la 97 avant qu’un safety car face son apparition. Ne sachant pas si l’équipe pouvait l’accueillir, il décide de ne pas rentrer, mauvais choix puisque le safety car ne resta pas en piste plus d’un tour. Ce qui permis par conséquent de prendre la tête de course. Après 50 minutes de course, il rend l’auto en 1er position.

Alors qu’il reste 1h10 de course, l’essonnien reprend le volant en 11ème position et commence une remontée aux avant postes. 10 minutes après avoir repris le volant, pointant à la 9ème position, safety car ! Ceci annihilant l’effort de l’équipe pour terminer sur le podium. Une fois le safety car effacé, toute la troupe du TTE reprend la piste. Après quelques tours, drapeau rouge. Ceci détruisant définitivement toute chance de podium. La numéro 4 pointant alors à la 6ème position. Après 5 minutes d’intervention, reprise de la course. Après quelques tours, à nouveau drapeau rouge. L’essonnien pointe à la 5ème position, la course sera définitivement interrompue.

« Je suis assez mitigé sur le résultat de la course, certes une 5ème place est un bon résultat pour le championnat mais le comportement de l’auto ne me convenant pas, je n’ai pas retrouvé la confiance que j’avais par rapport à Nogaro. De plus, j’ai eu pas mal d’auto à doubler durant mes tours rapides ce qui fait que je ne fais que le 3ème temps en course à 1 seconde 4 du meilleur. Je pense que le niveau du TTE a terriblement augmenté et le fait de ne pas avoir participé aux essais libres m’a beaucoup pénalisé. Dans certaines courbes, je passais plus fort en course que pendant les qualifs. Avec l’équipe, nous allons travailler pour qu’à Magny Cours, nous ayons une auto compétitive. »

Actuellement, l’équipage de la numéro 4 pointe à la 9ème place du trophée, prochain rendez vous Magny Cours les 7 et 8 Novembre.